Samedi sur RDV uniquement

                   7 rue Thomas Riboud 01000 BOURG EN BRESSE            04.26.37.52.10 / 06.18.57.78.57                  Ouvert du mardi au vendredi

                                                              

48h

  Recherche d'héritages familiaux

 

"Au début du siècle dernier, les gens ne faisaient pas confiance aux banques, ils cachaient leurs économies sous forme de lingots, de pièces d'or ou d'argent dans leur cave, leur grenier, leur jardin...

Je peux vous aider à les retrouver."


 

 

 


Nous contacter

 

Les détecteurs de métaux vous attendent au magasin:

 REVERMONT DETECTION

 7 rue Thomas Riboud

 01000 BOURG EN BRESSE

 

04.26.37.52.10 / 06.18.57.78.57 

Magasin ouvert :

du mardi au vendredi: 9h30 - 18h

  le samedi  sur rdv uniquement


 La boutique "Revermont Détection" est un magasin de vente de détecteur de métaux, accessoires et matériel d'orpaillage situé à Bourg en Bresse / Ain 01 Rhône Alpes /,  35 km de Mâcon / Saône et Loire 71 Bourgogne /, 60 km de Lons le Saunier / Jura 39 Franche Comté /, 60km de Lyon / Rhône 69 /, 80 km de Chalon sur Saône / 71 /, 110 km de Genève / Suisse /, 112 km d'Annecy / Haute Savoie 74 Rhône Alpes  /, 119 km de Dole / Jura 39 / Franche Comté /, 120 km de Chambéry / Savoie 73 /, 125 km de St Etienne / Loire 42 /, 138 km de Grenoble / Isère 38 /, 150 km de Besançon / Doubs 25 / et 165 km de Valence / Drôme 26 /.

Respectons la loi 89-900 du 18/12/89  sur  l'utilisation des détecteurs de métaux et protegeons notre patrimoine.

.Les lois
Loi du 27 septembre 1941 portant réglementation des fouilles archéologiques.
Art. 1er : Nul ne peut effectuer sur un terrain lui appartenant ou appartement à autrui des fouilles ou des sondages à l’effet de recherches de monuments ou d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans en avoir au préalable obtenu l’autorisation.
La demande d’autorisation doit être adressée au préfet de région, elle indique l’endroit exact, la portée générale et la durée approximative des travaux à entreprendre.
Dans les deux mois qui suivent cette demande et après avis de l’organisme scientifique consultatif compétent, le ministre chargé de la Culture ou le préfet de région accorde, s’il y a lieu, l’autorisation de fouilles; il fixe en même temps les prescriptions suivant lesquelles les recherches devront être effectuées.
Loi N° 89-900 du 18 décembre 1989 relative à l’utilisation des détecteurs de métaux.
Art. 1er - Nul ne peut utiliser du matériel permettant la détection d’objets métalliques, à l’effet de recherches de monuments et d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans avoir, au préalable, obtenu une autorisation administrative délivrée en fonction de la qualification du demandeur ainsi que de la nature et des modalités de la recherche.
(Note de l’auteur : L’article L542-1 du Code du Patrimoine reprend désormais ce premier article. Il convient de se reporter au nouveau Code du Patrimoine et en particulier aux articles 542, 543 et 544)
Art. 2nd - Toute publicité ou notice d’utilisation concernant les détecteurs de métaux doit comporter le rappel de l’interdiction mentionnée à l’article 1er de la présente loi, les sanctions pénales encourues, ainsi que les motifs de cette réglementation.
Décret N° 91-787 en date du 19 août 1991 :
Art. 1er - L’autorisation d’utiliser du matériel permettant la détection d’objets métalliques, prévue à l’article 1er de la loi du 18 novembre 1989, est accordée, sur demande de l’intéressé, par arrêté du préfet de région dans laquelle est situé le terrain à prospecter.
La demande d’autorisation précise l’identité, les compétences et l’expérience de son auteur, ainsi que la localisation, l’objectif scientifique et la durée des prospections à entreprendre.
Lorsque les prospections doivent être effectuées sur un terrain n’appartenant pas à l’auteur de la demande, ce dernier doit joindre à son dossier Le consentement écrit du propriétaire du terrain et, s’il y a lieu, celui de tout autre ayant droit.
L’arrêté accordant l’autorisation fixe les conditions selon lesquelles les prospections devront être conduites.
Lorsque le titulaire d’une autorisation ne respecte pas les prescriptions, le préfet de région prononce le retrait de l’autorisation.
Art. 2nd - Quiconque aura utilisé A L’EFFET DE RECHERCHES MENTIONNEES A L’ARTICLE 1er DE LA LOI DU 18 décembre 1989, du matériel permettant la détection d’objets métalliques sans avoir auparavant obtenu l’autorisation prévue à l’article 1er du présent décret ou sans avoir respecté les prescriptions de cette autorisation sera puni de la peine d’amende applicable aux contraventions de la 5ème classe. Le matériel qui aura servi à commettre l’infraction pourra être confisqué.
Article 716 du code civil :
La propriété d’un trésor appartient à celui qui le trouve dans son propre fonds; si le trésor est trouvé dans le fonds d’autrui, il appartient pour moitié à celui qui l’a découvert, et pour l’autre moitié au propriétaire du fonds. Le trésor est toute chose cachée ou enfouie sur laquelle personne ne peut justifier sa propriété et qui est découverte par le pur effet du hasard.
Remarque de l’auteur : Il est archi-faux de penser que le partage sera de 50 / 50 en cas de découverte faite au détecteur de métaux ! Le partage équitable prévu par la loi ne s’applique que lors d’une découverte fortuite. La notion de fortuité devient très relative aux yeux des magistrats lorsqu’il s’agit de l’utilisation d’un détecteur de métaux. Il y a beaucoup de jurisprudence dans le domaine. Mieux vaut établir les choses clairement avec le propriétaire dès le départ et si possible de façon contractuelle !
Loi validée du 27 septembre 1941 :
Art. 14 - Lorsque, par la suite de travaux ou d’un fait quelconque, des ruines ou plus généralement des objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art, l’archéologie ou la numismatique sont mis au jour, l’inventeur de ces vestiges ou objets et le propriétaire de l’immeuble où ils ont été découverts sont tenus d’en faire la déclaration immédiate au maire de la commune qui doit la transmettre sans délai au préfet. Celui-ci avise le ministre des Affaires Culturelles.